International

L'éventualité de voir le leader catalan Carles Puigdemont prononcer mardi, dans les bâtiments du parlement flamand à Bruxelles, son discours d'investiture à la tête du gouvernement catalan a été rejetée dimanche par l'Open Vld et le CD&V, les deux partenaires de la N-VA au gouvernement flamand, tandis que cette dernière renvoyait la question à une réunion lundi du Bureau de l'assemblée. "Ce ne serait pas une bonne chose que le parlement flamand soit dévoyé pour un jeu politique étranger", a affirmé dimanche le chef de groupe Open Vld Bart Somers, interrogé sur la possibilité que M. Puigdemont, en fuite en Belgique, tienne son discours d'investiture mardi dans les bâtiments de l'assemblée.

"C'est la liberté des partis politiques d'inviter des gens au parlement flamand. Mais ici, le parlement serait utilisé en tant qu'institution, en tant que symbole de notre démocratie, et serait ainsi mêlé à un jeu politique étranger. Ça me semble vraiment inadéquat", a commenté M. Somers.

Le chef de groupe CD&V Koen Van den Heuvel rejette lui aussi cette éventualité. "Ce n'est pas à la N-VA de décider d'une telle chose au nom du parlement. Si une demande devait être introduite, ce serait l'affaire du parlement, pas d'un seul parti. Mais il ne me semble pas bon que le parlement, en tant qu'institution, se fasse ainsi instrumentaliser", a-t-il commenté.

Selon l'agence espagnole EFE, M. Puigdemont a contacté la N-VA pour disposer du parlement flamand afin d'y prononcer son discours d'investiture mardi prochain. Carles Puigdemont, qui logerait dans un hôtel bruxellois, était samedi au stade de la finalisation de ces négociations avec la N-VA, ajoutait EFE. Mais la Cour constitutionnelle espagnole a annoncé en soirée avoir bloqué l'investiture du leader catalan, indiquant qu'il devait se présenter en personne au parlement catalan, qui procède à cette investiture, muni d'une autorisation judiciaire préalable.

Interrogé sur VTM, le président de la N-VA Bart De Wever a réfuté l'existence de négociations entre son parti et M. Puigdemont sur l'éventualité d'un discours d'investiture au parlement flamand, mais il a renvoyé une telle décision à une réunion lundi du Bureau de l'assemblée flamande.

Quant au président du parlement Jan Peumans (N-VA), il relève qu'aucune demande ne lui a été adressée jusqu'à présent, et confirme que si tel était le cas, il reviendrait au Bureau de trancher.