International

Kofi Annan était un "homme d'Etat, un homme de paix", écrit le Premier ministre Charles Michel sur Twitter pour rendre hommage à l'ancien secrétaire général de l'ONU, décédé samedi.

Il salue "ses combats pour un multilatéralisme engagé, pour la protection des Droits de l'Homme et pour la prévention des conflits dans le monde".


Sur Twitter également, le ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo évoque "un modèle et une inspiration pour l'Afrique et le monde".


Pour le ministre, l'héritage de Kofi Annan vivra à travers l'ONU, sa fondation et The Elders, une organisation fondée par Nelson Mandela qui défend la paix et les Droits de l'Homme.

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders salue pour sa part "une vie consacrée à la paix, dont la mémoire continuera à guider notre action".

"Kofi Annan a été un tout grand secrétaire général de l'ONU. Il a oeuvré sans cesse pour pacifier les tensions partout sur notre planète et lutter contre la pauvreté pour que les citoyens du monde puissent vivre au maximum dans la sérénité", a réagi l'ancien Premier ministre Elio Di Rupo.

Pour l'ancien locataire du 16, rue de la Loi Guy Verhofstadt, "Kofi Annan était un véritable homme de paix et l'une des figures les plus importantes du système multilatéral."

"Par une politique intelligente mêlant sensibilité et raison, il a su rétablir le respect unanime de l'institution (l'ONU, ndlr), forcer le dialogue, défendre les droits des femmes, et s'investir dans des médiations délicates, notamment en Irak", a souligné l'ancien ministre des Affaires étrangères Louis Michel dans une réaction envoyée à Belga. "Il a fait comprendre la légitimité et la nécessité d'intervenir en cas de violation flagrante des droits de l'homme."

"Il a été l'un de ceux qui a le mieux incarné les valeurs des Nations Unies. Grande tristesse. Immense héritage", a pour sa part tweeté l'ancienne vice-Première ministre Isabelle Durant, aujourd'hui secrétaire générale adjointe de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED).


Les hommages affluent partout dans le monde

De son Afrique natale à l'Amérique, les grands dirigeants rendaient hommage samedi à l'ancien secrétaire général de l'ONU et prix Nobel de la paix Kofi Annan.

Kofi Annan est "décédé paisiblement samedi 18 août après une courte maladie", a annoncé "avec une immense tristesse" sa fondation dans un communiqué de Genève, indiquant que son épouse et ses enfants étaient à ses côtés pour ses derniers jours en Suisse où il vivait.

Les hommages ont afflué, du Ghana, son pays natal, à l'actuel secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, qui a souligné "une force qui guidait vers le bien", en passant par l'ex-président américain Barack Obama et les grands dirigeants européens.

"Kofi Annan a voué sa vie à faire du monde un endroit plus pacifique", a soutenu l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, louant un diplomate ayant "oeuvré inlassablement pour nous unir".

L'ancien président américain Bill Clinton, à la Maison Blanche lors de l'entrée en fonction de Kofi Annan à la tête de l'ONU à la fin des années 90, a loué un homme fidèle "à ses racines ghanéennes", qui a "toujours traité les autres avec respect et dignité".

Barack Obama a salué "son intégrité, sa détermination, son optimisme et son sens de notre humanité partagée" et souligné qu'il avait contribué à "motiver et inspirer" la "prochaine génération de leaders".

"Nous n'oublierons jamais son regard calme et résolu, ni la force de ses combats", a tweeté le président français Emmnuel Macron, alors que son homologue russe Vladimir Poutine a déclaré avoir "sincèrement admiré la sagesse et le courage" du diplomate.

La Première ministre britannique Theresa May a rendu hommage à "un grand leader et réformateur de l'ONU" tandis que Amnesty International a salué "un champion de la justice, de la paix et de la dignité".

La chancelière allemande Angela Merkel a, elle, insisté sur la "voix de Kofi Annan" qui "va beaucoup nous manquer à une époque où la recherche en commun de solutions aux problèmes mondiaux est plus urgente que jamais".

"Il ne tient qu'à nous de continuer le travail qu'il a commencé", a renchéri le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

"Il a considérablement contribué au renom de notre pays par sa position, par sa conduite et son comportement dans le monde", a déclaré le président ghanéen Nana Akufo-Addo.

En Afrique du Sud, le parti au pouvoir, l'ANC, s'est souvenu d'un "fils éminent de l'Afrique" qui a oeuvré "en faveur (des pays) du Sud en développement".

Un autre prix Nobel de la paix, l'archevêque anglican sud-africain Desmond Tutu a de son côté évoqué "un remarquable être humain qui a représenté notre continent et le monde avec une immense grâce, intégrité et distinction". "Mon ami, mon héros, mon inspiration", a résumé la Nigériane Amina J. Mohammed, vice-secrétaire général de l'ONU.

La Ligue arabe, basée au Caire, a aussi rendu hommage à Kofi Annan tandis que le ministère égyptien des Affaires étrangères l'a qualifié d'"icône et source de fierté pour tous les Africains et les amoureux de la paix".