International

Le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri a confirmé samedi à Paris qu'il se rendrait à Beyrouth pour la fête nationale, le 22 novembre, et annoncé qu'il s'y exprimerait alors sur la situation politique de son pays. 

"Je me rendrai à Beyrouth les jours prochains et participerai à la fête nationale et de là-bas je ferai connaître ma position, après m'être entretenu avec le président Michel Aoun", a-t-il dit dans une brève déclaration en français à la presse, à l'issue d'un entretien et d'un déjeuner au palais présidentiel de l'Élysée.

M. Hariri a également remercié le président Emmanuel Macron "pour son soutien". "Il a fait preuve d'une amitié infaillible et je ne l'oublierai jamais", a-t-il dit.

"La France a montré encore une fois la grandeur de son rôle dans le monde et la région. Elle prouve son attachement au Liban et à sa stabilité", a-t-il ajouté.

Le chef de l'État français ne s'est pour sa part pas exprimé après avoir raccompagné, en compagnie de son épouse Brigitte, M. Hariri, son épouse et son fils aîné, sur le perron de l'Élysée où ils ont posé devant de nombreux journalistes.

M. Macron a invité à Paris M. Hariri et sa famille "pour quelques jours ou quelques semaines", afin de tenter de sortir de l'impasse née de sa démission annoncée le 4 novembre à Ryad.