International

L’ex-candidate démocrate à la présidentielle admet dans un livre catharsis des erreurs durant sa campagne, mais charge surtout ses adversaires, notamment son camarade Bernie Sanders.

Pour digérer sa défaite, Hillary Clinton a fait du yoga, de longues promenades en forêt, rangé frénétiquement ses placards, et bu pas mal de chardonnay. C’est ce qu’elle a raconté lors d’une longue interview diffusée dimanche sur CBS, premier acte de la tournée promotionnelle de son ¬livre catharsis, What Happened. Sorti mardi aux Etats-Unis, il paraîtra en France le 20 septembre chez Fayard sous le ¬titre Ça s’est passé comme ça. «C’est toujours très douloureux. Ça fait très mal», a ¬expliqué l’ex-candidate démocrate, dix mois après la victoire de Donald Trump. Preuve qu’elle est tombée de haut, Hillary Clinton n’avait «pas préparé de discours de défaite», a-t-elle reconnu ¬dimanche. «J’ai ressenti un énorme sentiment d’abandon, une perte de sensibilité et de sens» après la défaite, a insisté l’ex-secrétaire d’Etat de Barack Obama également sénatrice (New York) pendant huit ans.

«Misogynie»

Dans son ouvrage, Clinton concède des erreurs d’analyse, de discours et d’attitude. Mais elle fait également porter la responsabilité de sa défaite au sexisme en politique, aux décisions de l’ex-patron du FBI James Comey et à son principal adversaire à la primaire démocrate, Bernie Sanders. «Dans le passé, pour des raisons que j’essaie d’expliquer, j’ai souvent ressenti que je devais faire attention en public, comme si j’étais suspendue à un fil, sans filet. Maintenant je baisse la garde», affirme-t-elle en introduction. Son ¬livre promet de raconter «ce qui s’est passé». «Je faisais une campagne traditionnelle, tandis que Trump faisait de la télé-réalité», écrit-t-elle. Sa sidération devant la victoire de son rival semble néanmoins intacte.

(...)