International

Des dizaines de milliers d'employés chargés de nettoyer la centrale nucléaire endommagée de Fukushima seraient exploités et exposés à des radiations toxiques, rapportent jeudi des observateurs de l'ONU chargés des droits de l'Homme. "Des migrants, des demandeurs d'asile et des sans-abri feraient partie des employés engagés pour décontaminer le site de Fukushima", ont indiqué les rapporteurs sur les déchets dangereux, l'esclavage moderne et la santé auprès de l'Organisation des Nations Unies.

Dans une déclaration commune faite à Genève, les trois experts ont affirmé être "très inquiets à propos de cette possible exploitation résultant de la duperie", au regard des risques, de la potentielle contrainte et de la sécurité au travail.

Une enquête menée par le ministère de la Justice japonais avait démontré en juillet que quatre entreprises de construction avaient engagé des stagiaires étrangers pour les travaux de décontamination de la centrale, endommagée en 2011 par un tremblement de terre et un tsunami.

L'une de ces compagnies ne payait ses stagiaires que 2.000 yen (16 euros) la journée, alors que le gouvernement fournissait une indemnité spéciale de 6.600 yen (52 euros) pour ce type de travaux.

Ces employés étrangers avaient suivi un programme controversé destiné aux stagiaires, que le Japon a introduit en 1993. Ce programme fait l'objet de vives critiques car il couvrirait les entreprises japonaises désireuses d'importer de la main-d'œuvre bon marché.