International Le juge d'instruction n°2 de Palma de Majorque vient de lever le secret d'instruction sur une affaire quelque peu interpellante qui aurait coûter 60 millions d'euros à plusieurs hôtels espagnols depuis 2014. En cause: des plaintes pour de fausses intoxications alimentaires.

En septembre, la police a arrêté sept membres d'un groupe de malfrats qui profitait de la législation laxiste britannique en matière de réclamations, selon El Pais.

L'enquête a été ouverte à la suite de plaintes de plusieurs groupes hôteliers qui, grâce à des enquêtes de détectives privés, ont réussi à se rendre compte du pot aux roses.

Le groupe était bien organisé puisque deux hommes géraient ainsi les réclamations depuis Londres via des cabinets d'avocats dotés de "peu d'éthique professionnelle".

A Majorque, le groupe était dirigé par deux femmes, une mère et une fille, qui étaient chargées de "recruter" les clients des hôtels pour les inciter à simuler des maladies gastriques. Le groupe prenait 115 euros pour chaque réclamation réussie. Les cabinets 60% et le client 40%.

Les chances de succès étaient de 98% avec des indemnisations qui pouvaient monter jusqu'à 18.000 euros.

L'une des chaînes d'hôtels concernées explique que de janvier 2016 à la fin de l'été 2017, 273 réclamations ont été reçues et 700 personnes ont demandé une indemnisation. Le coût de cette perte était estimé à 4,5 millions d'euros.

Selon le quotidien espagnol, 800 touristes ont été identifiés et sur ces 800 demandeurs, seulement 38 sont allés chez le médecin pour faire constater une intoxication.