International

Les attaques au couteau perpétrées à Maastricht jeudi soir, faisant deux morts, sont "une terrible nouvelle", pour le Premier ministre néerlandais Mark Rutte. "Nous devons reconnaitre qu'il y a beaucoup de souffrance à Maastricht", a-t-il commenté depuis Bruxelles, où il était présent pour un Sommet européen. Il a présenté ses condoléances aux familles des victimes. Le Premier ministre a été en contact avec les autorités à Maastricht. "La police indiqué qu'il n'y a aucune raison de penser qu'il s'agit de motifs terroristes".

Le Premier ministre s'est entretenu avec la police locale, la bourgmestre de Maastricht Annemarie Penn-te Strake et le coordinateur de la lutte contre le terrorisme et la sécurité, Dick Schoof.

Un homme placé en détention

Une dispute a dégénéré vers 21h00 jeudi dans la ville néerlandaise à la suite de laquelle un homme a été poignardé. Dix minutes plus tard, une autre querelle a éclaté à une centaine de mètres du premier lieu. Une femme n'a pas survécu aux coups de couteau et deux personnes ont été blessées. Les agents ont encore découvert un troisième blessé plus tard dans la mosquée El-Fath.

La police néerlandaise a placé un homme en détention jeudi suspecté d'être impliqué dans la double attaque au couteau. L'identité du suspect et des victimes n'a pas été révélée. Des habitants du quartier affirment que les victimes poignardées étaient originaires de Syrie. Selon diverses sources locales, le suspect présumé serait aussi d'origine syrienne et membre de la famille des victimes.

La police a confirmé que rien n'indiquait qu'il s'agit d'actes terroristes.

© Printscreen Twitter