International

Ce vendredi, les 28 ministres des Finances de l'UE ont retiré deux pays de leur liste noire de paradis fiscaux, Saint-Christophe-et-Niévès et les Bahamas.

Ce qui porte désormais à sept le nombre de juridictions épinglées. Dans un communiqué diffusé vendredi, le Conseil (qui réunit les 28 ministres de l'UE) a cité les 7 pays toujours considérés par les Européens comme non coopératifs en matière fiscale: Guam, la Namibie, Palaos, les Samoa, les Samoa américaines et Trinité-et-Tobago et les îles Vierges des Etats-Unis.

"Avoir de moins en moins de juridictions sur la liste (noire) montre le succès de cette procédure", s'est félicité le ministre bulgare des Finances, Vladislav Goranov, dont le pays assure la présidence semestrielle tournante de l'Union.


Saint-Christophe-et-Niévès et les Bahamas, deux pays des Caraïbes, ont fourni des engagements de bonne conduite en matière fiscale de l'UE et passent donc sur la liste grise --celle des pays qui ont promis de mieux faire.

De 17 à 7 pays

La liste noire de l'UE, adoptée le 5 décembre 2017 - une première dans l'histoire de l'Union - contenait au départ 17 pays. Mais elle avait déjà été réduite de moitié le 23 janvier, huit pays, dont le Panama, ayant fourni des engagements de bonne conduite et étant transférés sur la liste grise. Cette réduction, particulièrement le retrait du Panama, avait provoqué l'indignation de nombreuses ONG.

L'adoption de cette liste avait été entreprise dans le sillage d'une série de scandales d'évasion fiscale: "LuxLeaks" fin 2014, "Panama Papers" en avril 2016 et "Paradise Papers" en novembre 2017.

D'ici la fin de l'année, il sera décidé si les pays sur la liste grise retournent sur la liste noire, en cas de manquement aux engagements réclamés.

Une longue liste grise

Sur cette liste grise se trouvent une soixantaine de pays qui se sont engagés "au plus haut niveau politique" à lutter contre la fraude fiscale mais dont les pays européens estiment qu'ils doivent encore être suivis de près.