International

Les deux responsables allemands d'une colonie de vacances installée sans autorisation dans une zone inondable du sud de la France ont été mis en examen (inculpés) samedi pour "blessures involontaires aggravées par la mise en danger d'autrui", neuf enfants ayant été légèrement blessés lors d'intempéries jeudi et un Allemand étant porté disparu. Le président et le vice-président de l'association Jugendförderung Saint-Antonius, âgés d'une cinquantaine d'années, ont été également mis en examen pour "création de camping sans permis d'aménager" et placés sous contrôle judiciaire.

Ils ont interdiction de séjourner dans le Gard (sud) sauf pour se rendre aux convocations de la justice et rencontrer leur avocat. Ils ont en outre l'obligation de nettoyer le terrain de camping sous quinze jours.

Ils avaient été placés en garde à vue dès jeudi soir, le jour où ont éclaté de violents orages dans le nord du Gard, provoquant des inondations. Plus d'une centaine d'enfants allemands de la colonie avaient alors dû être évacués en urgence et neuf d'entre eux ont été légèrement blessés. Certains ont été secourus alors qu'ils s'étaient réfugiés dans des arbres pour échapper à la crue de la rivière.

L'association allemande avait installé cette colonie sur un terrain qu'elle possède à Saint-Julien-de-Peyrolas, sans autorisation de la préfecture.

Les recherches se poursuivaient samedi pour retrouver un Allemand de 66 ans qui a disparu alors qu'il se trouvait sur le terrain de cette colonie.