International

Deux semaines après la disparition mystérieuse de Maëlys, 9 ans, lors d'un mariage dans le sud-est de la France, la défense de l'ex-militaire suspecté de l'avoir enlevée n'arrive pas à convaincre les enquêteurs et la fillette demeure introuvable. Si Nordahl L. reconnaît avoir été en contact avec l'enfant après son arrivée tardive à la noce fêtée le 26 août à Pont-de-Beauvoisin, le suspect, âgé de 34 ans, nie avoir été "acteur ou complice" de sa disparition. Plusieurs éléments troublants viennent même perturber la défense du suspect.

L'ADN de Maëlys dans sa voiture... nettoyée de fond en comble

L'étau s'est resserré depuis la découverte dans la voiture de cet homme d'une trace d'ADN appartenant à Maëlys, mêlé au sien, qui a conduit à l'inculper et à l'incarcérer dimanche dernier. D'après Nordahl L., la fillette serait montée lors de la soirée sur la banquette arrière de son Audi A3, en compagnie d'un petit garçon blond, tandis qu'il fumait une cigarette. Les deux enfants auraient voulu voir si ses chiens, dont il leur aurait parlé auparavant, étaient dans le coffre, avant de ressortir et de retourner dans la salle des fêtes. De quoi justifier la trace ADN ? après avoir auditionné près de 200 personnes, les enquêteurs n'ont pas réussi a retrouver la trace du petit garçon blond mentionné par le suspect.

Autre élément troublant, l'ancien militaire a nettoyé sa voiture de fond en comble dans les heures qui ont suivi la disparition de la fillette. Là aussi, Nordahl L. a une explication. La voiture doit être vendue et les policiers ont pu retrouver le futur acquéreur en question. Le frère du suspect, Sven, confirme par ailleurs le côté maniaque de Nordhal ce qui explique le nettoyage minutieux de la voiture.

Une absence au mariage, un short rouge introuvable et un coup de téléphone sans réponse

Les gendarmes s'interrogent aussi sur l'aller-retour d'une heure effectué par le suspect, la nuit de la disparition, jusqu'au domicile de ses parents, où il vit, pour changer son short tâché de vin rouge - tellement qu'il l'aurait jeté à la poubelle, selon ses dires.

Lors d'une journée de perquisition dans cette maison de Domessin en Savoie, voisine de Pont-de-Beauvoisin, les enquêteurs n'ont pas retrouvé le vêtement. Ils ont cependant effectué de nombreux prélèvements en cours d'analyse. Les résultats s'annoncent déterminants pour la suite de l'affaire.

Pendant de cette absence au mariage, un ami du suspect avait tenté de le joindre par téléphone. Un appel qui est resté sans réponse. "Les enquêteurs n’ont pour le moment pas pu déterminer la raison de ces appels", explique LCI. Selon l'avocat de l'ami en question, il est possible que celui-ci ait appelé Nordhal pour le fournir en stupéfiants. La chaine de télévision ajoute que le suspect était déjà connu de la justice pour trafic de stupéfiant notamment. 

Des "griffures de jardinage"... pour un homme qui ne jardine pas

D'autres zones d'ombre viennent fragiliser sa position. Comme ses griffures sur un bras et un genou, survenues selon ses dires en taillant des framboisiers quelques jours avant le mariage, alors qu'il n'aurait pas l'habitude de jardiner. Ces griffures ne peuvent en tout cas avoir été "causées par un ongle", soutient l'avocat.

Enfin, pourquoi avoir fait des mystères sur ses deux téléphones portables, dont un aurait "dysfonctionné" cette nuit-là ?

Depuis deux semaines, la région a été passée au peigne fin et les recherches n'ont pas cessé. Reste qu'en l'absence de corps et de scène de crime, les affaires de disparition sont "les plus complexes à traiter", comme l'a souligné à l'AFP un haut responsable policier au début de l'affaire.