International

Les scandales dans lesquels Donald Trump est englué ont pris "les proportions du Watergate", a estimé mardi soir John McCain. Le sénateur de l’Arizona, candidat malheureux à l’élection de 2008 face à Barack Obama, n’est pas précisément un admirateur du Président actuel, qu’il avait vertement critiqué durant la campagne, mais qu’un homme d’une telle autorité fasse ce commentaire, qui plus est lors d’un dîner de gala organisé par le Parti républicain, en dit long sur l’énervement dans les rangs de la majorité à Washington.

Cet agacement résulte bien entendu des faits eux-mêmes : un Président, dans l’élection duquel une puissance étrangère, sinon ennemie, la Russie, est peut-être intervenue, accumule les erreurs de jugement, voire les actes délictueux, qu’il s’agisse de la possible communication d’informations confidentielles à ladite puissance étrangère, de l’éviction du directeur du FBI, James Comey, ou d’une éventuelle tentative d’étouffer l’enquête que le FBI mène sur cette ingérence.

Un gouvernement paralysé

...