International

Le président américain Donald Trump l'a affublé d'un nom: le "Spygate". Il accuse la police fédérale (FBI) d'avoir infiltré sa campagne en 2016, une opération "inédite" et "illégale" qu'il considère pilotée par les démocrates.

"De gros dollars ont été payés à l'Espion, bien au-delà du niveau normal. Ca commence à ressembler à l'un des plus importants scandales politiques de l'histoire américaine", a encore tweeté le milliardaire vendredi, alors qu'il a déjà ordonné à son ministère de la Justice d'enquêter.

A ce stade, il n'existe aucune preuve étayant ces affirmations. Mais la longue histoire du Bureau fédéral d'investigation de se mêler de politique pourrait instiller un doute.

Dès ses balbutiements, le FBI s'est immiscé ou a été aspiré dans le maelstrom politique américain jusqu'aux plus hauts niveaux, s'exposant à des accusations pérennes d'abus de pouvoir.

Des années 1930 à 1960, son légendaire directeur J. Edgar Hoover était le centre névralgique de la politique à Washington, accordant des faveurs et collectant des éléments compromettants afin de s'assurer de la coopération des protagonistes le moment venu.

Politiques "terrifiés"

Hoover agissait ainsi comme un allié des présidents et une menace pour leurs ennemis. Des archives montrent que le président Franklin D. Roosevelt demandait régulièrement des enquêtes sur ses rivaux.

Au tournant des années 1960, il détenait des dossiers sur plus de 400.000 Américains.

"Les politiques étaient terrifiés par Hoover", raconte Raymond Batvinis, spécialiste de l'histoire du FBI, à l'AFP. "Il était souvent sollicité pour obtenir des ragots sur des acteurs politiques. Il l'a fait systématiquement avec les présidents, tout au long de sa carrière".

John F. Kennedy était particulièrement sur ses gardes car il savait que Hoover avait la preuve de sa liaison avec une femme liée à la mafia.

Le patron du FBI était plus proche de Lyndon B. Johnson qui, d'après l'historien à l'université d'Etat de Pennsylvanie Douglas Charles, avait obtenu que la police fédérale enquête sur son propre parti pendant la convention démocrate en 1964.

Après le décès en 1972 de celui qui a laissé une empreinte durable sur le FBI, Richard Nixon a choisi L. Patrick Gray, qui a promis une relation étroite avec la Maison Blanche. Le Watergate en a fait la démonstration: Gray a transmis à des conseillers de l'exécutif des détails sur l'enquête fédérale.

Dans le même temps, son directeur adjoint Mark Felt --alias "Deep Throat"-- distillait des informations au Washington Post, lui permettant de révéler au grand public le scandale du Watergate qui a conduit à la démission de Nixon.

Après ce scandale, selon M. Charles, les directeurs du FBI se sont employés à garder les présidents à distance, laissant le ministre de la Justice jouer les intermédiaires.

Ce faisant, la police fédérale s'est révélée être une menace plus importante pour les occupants du 1600 Pennsylvania Avenue. Le président Bill Clinton a passé ses deux mandats, jalonnés de scandales, sous la loupe d'un directeur hostile, Louis Freeh.

Diversion

La tension a atteint son apogée en 1998 lorsque les enquêteurs fédéraux ont prélevé le sang du démocrate pour comparer l'ADN avec le sperme retrouvé sur la robe de la stagiaire Monica Lewinsky. Ce qui a entraîné une procédure de destitution, qui n'a pas abouti.

Mais le FBI n'en est pas sorti indemne. En 2004, Bill Clinton a affirmé que M. Freeh l'avait pris pour cible afin de faire diversion face à de graves erreurs du Bureau.

Petit bond dans le temps: l'élection présidentielle de 2016 a plongé la police fédérale dans la situation politique la plus intense qu'elle ait jamais connu.

Dans une course fielleuse à la Maison Blanche, elle s'est retrouvée à enquêter sur les deux candidats: la démocrate Hillary Clinton, qui a utilisé un serveur privé de messagerie quand elle était secrétaire d'Etat, et le républicain Donald Trump, indirectement, sur des contacts suspects entre des membres de son équipe de campagne et des responsables russes.

James Comey, directeur du FBI à l'époque et républicain reconnu, a été critiqué de toutes parts pour sa gestion de ces affaires. La campagne de Mme Clinton a été affectée par la façon dont l'enquête a été rendue publique tandis que celle de M. Trump a bénéficié du secret conservé sur les investigations portant sur son équipe.

Installé à la Maison Blanche, le milliardaire a tenté de réinstaurer le genre de relations que les présidents entretenaient avec le FBI du temps de Hoover.

Il a demandé à M. Comey de l'assurer de sa loyauté et de mettre un terme à l'affaire russe. Face au refus du patron du FBI, il l'a limogé.