International Le président américain Donald Trump ne pouvait pas s'exprimer lors de l'audition de James Comey, l'ancien chef du FBI, renvoyé en mai dernier.

Donald Trump Junior, son fils aîné, n'était quant à lui pas tenu au silence et il n'a pas hésité à défendre son paternel face aux millions d'Américains qui suivaient l'audition en direct à la télévision.

Une audition durant laquelle James Comey a confirmé que le président lui avait demandé de laisser tomber l'enquête à propos des liens entre la Russie et l'un de ses anciens conseillers.

Avant cette audition, Donald Trump Junior, 39 ans, avait publié de nombreux tweets, attaquant les médias qui ont critiqué son père et précisant les éléments qui pourraient le sauver de cette affaire.


"Connaissant mon père depuis 39 ans, quand il vous ordonne ou qu'il vous dit de faire quelque chose, il n'y a pas d'ambiguïté, on sait exactement ce que ça veut dire", avait tweeté le fils de Trump. James Comey, lui, avait déclaré avoir "interprété" les paroles de Donald Trump comme une "instruction" de mettre fin à l'enquête sur la collusion de son entourage avec la Russie.

Donald Trump Junior n'a pas hésité à remettre une couche sur cette histoire lors d'une interview sur Fox News ce samedi 10 juin. "Quand mon père vous dit de faire quelque chose, devinez quoi? Il n'y a aucune ambiguïté. Il a dit à Comey: 'Hey, vous et moi sommes amis, j'espère que (l'enquête sur Michael Flynn s'arrêtera) mais vous devez faire votre travail", a-t-il exprimé face aux journalistes.


Le fils aîné du président aurait-il dû tenir sa langue? Certainement. En effet, la ligne de défense de Donald Trump est de nier avoir demandé quoi que ce soit à James Comey. Selon l'avocat de Donald Trump, il "n'a jamais ordonné ou suggéré à James Comey, de quelque manière que ce soit, de mettre un terme à une enquête".

Cette dernière déclaration de Donald Jr vient donc écraser la défense de son père et renforcer le témoignage sous serment de l'ex-chef du FBI. 

Les conséquences de cette déclaration ne sont pas encore connues mais elles pourraient bien constituer une obstruction pénale. Mauvais calcul pour le fils qui voulait, à l'origine, défendre son père dans cette affaire.