International

Le Conseil européen se réunira ce dimanche 25 novembre, a annoncé le président du Conseil européen.

Le Conseil européen se réunira le 25 novembre prochain pour approuver l'accord de retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne et la déclaration politique commune sur le cadre des relations futures, a annoncé jeudi matin le président du Conseil Donald Tusk. "Si tout se passe bien, il y aura un sommet extraordinaire pour finaliser et formaliser l'accord du Brexit. Il se tiendra le dimanche 25 novembre à 9H30" (08H30 GMT)", a indiqué M. Tusk, confirmant ainsi la date envisagée dès mercredi par le Premier ministre irlandais Leo Varadkar.

"Je suis extrêmement triste de vous voir partir", a déclaré M. Tusk à l'adresse des Britanniques, "mais je ferai en sorte que cet adieu soit le moins difficile possible pour vous et pour nous".


Donald Tusk a ajouté qu'il ne partageait pas l'enthousiasme du Brexit, "car c'est une situation perdant-perdant, et l'on se bornera donc à limiter les dégâts".

Mais il n'en a pas moins remercié Michel Barnier, négociateur en chef du Brexit pour la Commission européenne. "Vous avez réalisé nos deux objectifs les plus importants: limiter les dégâts causés par le Brexit, ainsi que garantir et protéger les intérêts vitaux et les principes des Vingt-sept".

Un accord technique et fragile

Les négociateurs européens et britanniques étaient parvenus en début de semaine à un accord technique sur le Brexit, dont l'échéance (29 mars 2019) se rapprochait dangereusement vu les étapes restant à franchir.

Theresa May a arraché mercredi le feu vert de son gouvernement pour soutenir ce projet d'accord, qui va maintenant être examiné par chacun des 27 autres États membres. "C'est un important pas en avant, mais nous n'y sommes pas encore", avait d'ailleurs commenté mercredi soir le Premier ministre belge Charles Michel, soulignant la nécessité de vérifier si les textes sont compatibles "avec nos valeurs européennes".

Une fois l'accord de retrait approuvé par les Vingt-sept et avant qu'il puisse entrer en vigueur, il doit encore être ratifié par l'Union européenne et le Royaume-Uni. Pour l'UE, le Conseil de l'Union européenne doit autoriser la signature de l'accord de retrait avant de l'envoyer au Parlement européen pour approbation.

Le Royaume-Uni, lui, doit ratifier l'accord dans son Parlement. Une étape qui est loin d'être gagnée, vu l'opposition déjà affichée par nombre de députés, tant partisans du Brexit qu'europhiles.