Egypte: l'anniversaire de Morsi sous haute tension

S.P. Publié le - Mis à jour le

International Le président Mohamed Morsi fêtera dimanche sa première année au pouvoir. Une date anniversaire que compte bien marquer l'opposition qui conteste encore les élections dites truquées. De leur côté, les partisans en profiteront pour réitérer leur soutien au régime en place. Le groupe Tamarod (rebelle en arabe) et le groupe Tagarod devraient débuter leurs manifestations le week-end précédent (vendredi et samedi en Egypte) pour être tous prêts le 30 juin. Les leaders des factions ont donné rendez-vous au niveau du palais présidentiel et de la place Tahrir. Le problème est qu'ils protesteront tous les deux, aux mêmes endroits, et aux mêmes moments.

Il y a donc une grande probabilité pour que les manifestations aboutissent à des violences. D'autant plus que la police est peu présente. Elle a perdu toute crédibilité lorsqu'elle a soutenu l'ancien président, Hosni Moubarak, lors de la révolution. Le ministre de la Défense égyptienne, Abdul Fatah Khalil Al-Sisi, a d'ailleurs averti que c'est l'armée qui interviendra en cas de guerre civile. La situation tendue incite la population à faire ses provisions, car tout le monde ignore le temps que cette crise pourrait durer.

Les expatriés belges "prévenus"


L'ambassade de Belgique au Caire recommande une grande prudence à ses ressortissants: "vu la situation d'incertitude politique actuelle, l'Ambassade de Belgique recommande aux Belges de garder leurs distances de toutes manifestations ou tout attroupement et de suivre l'actualité de près". La vingtaine de compagnies internationales présentes sur le terrain ont quant à elles toutes demandé à leur employés de rentrer dans leur pays. C'est le cas de Kabir K., directeur des affaires gouvernementales d'une multinationale basée au Caire, qui s'envolera jeudi pour l'Afrique du Sud. Il affirme que c'est une pratique habituelle qui est mise en place pour des raisons de sécurité.

Les étrangers ne sont pas visés à travers les manifestations. "L'avantage avec les nouvelles technologies, c'est que l'on peut travailler pour l'entreprise depuis l'extérieur. Et puis, il n'y aura personne au bureau ce week-end", soutient le directeur. Il se veut confiant: "ça va passer mais ça pourrait être un grand moment pour l'Egypte". Il envisage deux scenarii: la démission de Mohamed Morsi et la mise en place rapide de nouvelles élections; ou un président qui s'accroche au pouvoir face à une opposition soudée, qui risque de provoquer de violents affrontements. Il exclut la possibilité que le président reste au pouvoir et que l'opposition se range.

Mohamed Morsi a proposé de nouvelles consultations avec l'opposition. Reste à savoir dans quelles conditions elles se dérouleront.


Publicité clickBoxBanner