Egypte: Un Premier ministre pour revenir vers la case départ ?

Vincent Braun Publié le - Mis à jour le

International

S’il fallait encore un exemple pour s’apercevoir que l’Egypte post-Morsi nage à nouveau vers les eaux de l’Ancien régime, la nomination mardi d’Ibrahim Mahlab au poste de Premier ministre l’apporte sur un plateau d’argent. Cet ingénieur de 65 ans, ministre sortant de l’Habitat, est un ancien cacique du Parti national démocratique, le parti anciennement unique de l’ex-président déchu Hosni Moubarak. Dans le vocabulaire des révolutions arabes, c’est un cas typique de "fouloul", un résidu des régimes autocratiques ou dictatoriaux balayés par leur peuple en quête de justice et de liberté.

Ibrahim Mahlab prend la relève de Hazem el Beblaoui dont le gouvernement a démissionné lundi. Il a promis de continuer l’action des autorités pour restaurer la sécurité et de s’atteler au redressement économique. Son équipe devrait mener le pays jusqu’à l’élection présidentielle, attendue au plus tard le 18 avril prochain.

Ce nouveau mouvement vers la restauration d’une Egypte adossée au pouvoir militaire est dénoncé par ses adversaires libéraux et de gauche.

Sissi sous pression

La semaine dernière, le général Sami Anan, le numéro deux du Conseil suprême des forces armées (CSFA), avait jeté le trouble en se déclarant candidat à la présidentielle. De quoi mettre la pression sur le chef de l’armée et ministre de la Défense sortant Abdel Fattah al Sissi, l’homme qui avait destitué le président élu Mohamed Morsi à l’été dernier en s’appuyant sur la révolte du peuple. Sissi a été promu maréchal le mois dernier, mais il n’a toujours pas formellement annoncé sa candidature.

Elle ne fait guère de doute depuis qu’il a démissionné du CSFA, qui avait dirigé l’Egypte de la chute de Moubarak à l’élection de Morsi et qui l’a mandaté pour briguer la présidence.

C’est plus une question de temps que de probabilité, ses chances étant optimales. Le contexte terroriste anti-étatique joue en sa faveur - et plus encore depuis qu’un attentat a tué plusieurs touristes mi-février. L’homme, dont les portraits fleurissent depuis des mois partout dans les grandes villes, a prouvé par la manière forte, en libérant l’Egypte du joug islamiste en cours de développement, qu’il pouvait être l’homme capable de restaurer l’ordre (ancien?) en Egypte.Vincent Braun

Publicité clickBoxBanner