International

L'acteur américain Sean Penn a rencontré secrètement le baron de la drogue mexicain "El Chapo" avant son arrestation pour réaliser une interview qui est parue samedi dans le magazine Rolling Stone.

L'article du magazine américain, disponible en ligne, a été publié un jour après l'annonce de la capture de Joaquin "El Chapo" Guzman près de Los Mochis, localité côtière située dans l'Etat de Sinaloa, dans le nord-ouest du Mexique, d'où il est originaire.

Guzman a été arrêté à la suite d'une opération meurtrière des forces armées mexicaines, six mois après son évasion spectaculaire d'une prison de haute sécurité.

Sean Penn a déclaré qu'il s'était rendu en octobre 2015 dans une forêt mexicaine pour avoir "une rencontre de sept heures" avec le célèbre trafiquant, suivie d'interviews par téléphone et vidéo.

Un responsable du gouvernement mexicain parlant sous le couvert de l'anonymat a déclaré à l'AFP que la rencontre avec Sean Penn faisait partie des éléments qui ont conduit à l'arrestation d'"El Chapo".

Les autorités mexicaines ont annoncé qu'elles allaient entamer les procédures en vue de l'extradition de Guzman vers les Etats-Unis.

Sean Penn a déclaré avoir obtenu "la première interview qu''El Chapo' ait jamais donnée en dehors d'une salle d'interrogatoire". Il a raconté que le trafiquant l'avait serré dans ses bras lorsqu'ils s'étaient rencontrés dans une clairière.

Rolling Stone publie une photo sur laquelle on voit l'acteur serrer la main de Guzman le 2 octobre.

Au cours de leur rencontre, Guzman a accepté de donner une interview plus tard, mais la réalisation de cette interview en face à face s'est ensuite révélée impossible, et le trafiquant a répondu sur vidéo aux questions de Sean Penn, sans la présence de l'acteur.

Dans ces enregistrements, qui sont postés sur le site de Rolling Stone, un Guzman rasé de près et en chemise bleue apparaît dans ce qui semble être un jardin, tandis que l'on entend un coq chanter à l'arrière-plan.

"Le fait que la drogue détruit, c'est une réalité", déclare Guzman en espagnol dans une vidéo de deux minutes et demie sous-titrée en anglais.

"Malheureusement, comme je l'ai déjà dit, là où j'ai grandi, il n'y avait pas d'autre moyen de survivre, et il n'y en a toujours pas", ajoute-t-il.

Guzman répond aussi à la question de sa responsabilité personnelle dans le niveau élevé de l'addiction à la drogue au niveau international, déclarant que de telles accusations sont "fausses". "Le jour où je n'existerai plus, cela ne va absolument pas diminuer", argumente-t-il.

L'article lui-même contient une admission étonnante de Guzman de l'étendue de ses activités criminelles. "Je fournis plus d'héroïne, de métamphétamine, de cocaïne et de marijuana que n'importe qui au monde", déclare-t-il.

"J'ai une flotte de sous-marins, d'avions, de camions et de bateaux", détaille "El Chapo" au cours de la rencontre, que l'actrice mexicaine Kate del Castillo a contribué à arranger.

Toujours dans l'interview, Guzman est interrogé sur le point de savoir si les autorités mexicaines voudraient le tuer plutôt que de le capturer. Sa réponse: "Non, je crois que s'ils me trouvent ils m'arrêteront. Bien sûr".