International

Des problèmes avec le système de vote électronique retardent l'élection du nouveau président du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), a fait savoir mardi, depuis Dubrovnik en Croatie, le climatologue belge et vice-président du Giec Jean-Pascal van Ypersele, candidat à la présidence. 

"Retour au bon vieux papier", tweete-t-il, précisant que la réunion est suspendue jusqu'à 18h30. Fondé en 1988, le Giec évalue de manière objective les informations scientifiques, techniques et socio-économiques disponibles en rapport avec la question du changement climatique. Le nouveau président doit être élu par les 195 pays membres. Six personnes sont candidates, dont le climatologue belge.

Le Giec avait annoncé en février la démission de son président, l'économiste indien Rajendra Pachauri, objet d'une plainte pour harcèlement sexuel. L'intérim est assuré par le Soudanais Ismail El Gizouli.