International Wang Jian est décédé le mois dernier en tombant d'un mur d'une dizaine de mètres. Une disparition qui est entourée de plusieurs mystères.

Le 6 juillet dernier, Wang Jian est décédé dans la petite ville provençale de Bonnieux. Il est tombé après s'être hissé sur un muret en voulant prendre une photo avec un champs de lavande en arrière-plan. Une chute d'environ 10 mètres lui a été fatale. Après avoir touché le sol, il est mort presque sur le coup.

Détectives indépendants vs émissaires chinois

Wang Jian est loin d'être un inconnu dans le monde des affaires. Il est le cofondateur du conglomérat HNA, géant chinois du tourisme, en plus d'être propriétaire d'une dizaine de compagnies aériennes et autant d'aéroports, de trente entreprises liées à la finance et de plusieurs hôtels de luxe. Sa fortune était estimée à 1,7 milliard de dollars par Forbes.

Le décès de cet énorme chef d'entreprise est l'objet de tous les fantasmes. Plusieurs jets se sont succédés pour faire venir en France les proches du défunt. Ceux-ci ont embauché quatre détectives privés américains pour faire toute la lumière sur cet accident. Certains internautes parlent de suicide tandis que les autorités chinoises, très méfiantes, ont envoyé cinq émissaires pour prendre contact avec les gendarmes français. Ils ont introduit une demande d'entraide judiciaire internationale afin de pouvoir accéder aux détails des investigations.

Dans les théories les plus farfelues, un meurtre d'Etat a aussi été évoqué.

La "théorie de la substitution d'individus" évoquée

Du côté de Pékin, on doute sincèrement de la version officielle. La thèse de "la substitution d'individus" circule. Celle-ci provient du fait que le corps ait été rapatrié rapidement aux USA alors que la tradition veut que l’inhumation ait lieu en Chine. L'homme d'affaires était dans le viseur des autorités chinoises. La raison ? Son développement à grande vitesse en dehors des frontières de l'Empire du Milieu. Wang Jian aurait dés lors organisé sa propre disparition pour éviter de devoir rendre des comptes à son pays. "Il règne actuellement en Chine une drôle d'ambiance, analyse un spécialiste de la Chine à nos confrères du Point. "Le pouvoir de Xi Jinping à la fois fort et fragile, met la pression sur ses grands dirigeants d'entreprise qui investissent par-delà la Grande Muraille. Surtout s'il les perçoit plus proches des intérêts étrangers que chinois."

Un autre cas est mis en lumière. Le conglomérat spécialisé dans les services énergétiques et la finance, CEFC China Energy, a perdu son patron, Ye Jianming, en mars dernier. Ce dernier était occupé à signer un énorme contrat avec la Russie. Il s'est "volatilisé" alors qu'il était accusé par les autorités de son pays de "délit économique." Même chose pour le PDG de FoSun qui n'a plus donné signe de vie depuis 2015. Mike Poon, à la tête du loueur d'avions de ligne chinois CALC, a disparu dans la nature après le rachat de l'aéroport de Toulouse avant de refaire surface.

Une dette colossale au cœur des préoccupations

En ce qui concerne Wang Jian, le problème se situerait au niveau de sa dette qui avoisinerait le montant astronomique de 90 milliards de dollars (77 milliards d'euros). Véritable mastodonte du tourisme mondial, le groupe HNA avait frôlé la faillite en 2017 suite à ses nombreux rachats à crédit. Sa santé financière était clairement un objet d'inquiétude pour Pékin. De plus, HNA était très surveillé quant à son actionnariat peu transparent.

Pour les gendarmes, l'affaire est close et a été conclue par un accident. "Plusieurs témoins l'ont vu chuter, et une vingtaine de personnes au moins se sont rendues à la morgue pour lui rendre un dernier hommage," a raconté Daniel Vial, un Français proche de Wang Jian qui a été directement auditionné par la police. Le paisible village de Bonnieux, 1400 habitants, a déjà connu des étés moins animés.