International

"Libérer, protéger, unir" : c’est par ce triptyque qu’Emmanuel Macron a voulu définir son action, lors de son interview jeudi par Jean-Pierre Pernaut, au journal de 13 heures de TF1. Le JT avait été délocalisé pour l’occasion dans une salle de classe de Berd’huis, une petite commune de l’Orne.

C’est que Macron, à travers cet exercice, souhaitait s’adresser en priorité à une France populaire, rurale, souvent âgée : une France en passe de sceller une forme de désamour avec la politique menée par le chef de l’Etat. "Depuis décembre, Macron subit un décrochage inquiétant dans ces catégories", analyse pour "La Libre" Adelaïde Zulfikarpasic, directrice du département Opinion de BVA. "C’est particulièrement net s’agissant des classes populaires."

Découvrez l'analyse de notre correspondant à Paris.