International

Emmanuel Macron espérait un vrai débat parlementaire - exercice qui lui est interdit dans son pays par la Constitution, avec "ceux qui incarnent la démocratie européenne". Il a été servi, pendant plus de trois heures. "La vraie France est de retour", a loué Jean-Claude Juncker, président de la Commission, se disant "largement d’accord" avec les propos de M. Macron et l’assurant du soutien de la Commission. Le Luxembourgeois n’en a pas moins rappelé qu’au-delà de l’amitié franco-allemande à laquelle le Français accorde "beaucoup d’importance", l’Union se faisait à vingt-huit, bientôt à vingt-sept.