International En vue des élections, le Premier ministre hongrois s’enferme dans un discours paranoïaque.

La cuisante défaite du Fidesz lors d’une élection municipale partielle à Hódmezovásárhely a ébranlé le camp de la droite nationaliste à la fin du mois de février. Pourquoi les électeurs de cette ville de 50 000 habitants, un bastion historique longtemps tenu par un ministre d’Orbán, ont-ils massivement rejeté le Fidesz ? Et si le parti, pourtant promis à une large victoire, venait à être battu aux législatives le 8 avril ?

(...)