International Le harcèlement sexuel par téléphone est un problème du quotidien pour plus de trois quarts des femmes en Inde. Le constat provient d'une étude relayée par le site  Quartz

78% des femmes indiennes affirment être victimes d'appels anonymes ou de sms à caractère sexuel chaque semaine. 82% avouent recevoir des images ou des vidéos inappropriées. Ces chiffres sont rapportés par Truecaller, une application d'identification de numéros de téléphone.

72% des femmes expliquent recevoir des appels leur demandant de verser de l'argent sur des comptes en banque ou de partager leurs informations personnelles.



Parmi ces femmes, la moitié reçoit ces appels et textos de sources anonymes. Un autre chiffre interpelle : 10% sont des stalkers, des personnes qui portent une attention obsessive et indésirable à un(e) inconnu(e). Dans cette enquête, plusieurs sondées disent aussi recevoir un nombre important d'appels marketing.



A Uttar Pradesh, un Etat du nord de l'Inde, des numéros de téléphone de femmes sont vendus pour une somme dérisoire à des hommes. Ces derniers les harcèlent sexuellement au téléphone par la suite.

Les victimes réagissent souvent en bloquant les numéros ou en installant des applications qui permettent de bloquer des appels. Seulement 10% d'entre elles osent en parler à la police.

Truecaller a sondé près de 2000 Indiennes, âgées de 15 à 35 ans. L'enquête a été réalisée dans l'ensemble du pays au début de l'année 2018. Le but était d'évaluer l'ampleur du phénomène et ses conséquences chez les femmes.