International

Les femmes et filles victimes de viol en Mauritanie sont encore plus "mises en danger" par la criminalisation dans ce pays des relations sexuelles hors mariage, ou "zina", car elles peuvent être "poursuivies si elles ne parviennent pas à prouver l'absence de consentement", dénonce Human Rights Watch (HRW).

Dans un rapport de 101 pages publié mercredi, l'organisation de défense des droits de l'homme exhorte les autorités mauritaniennes à instaurer un "moratoire immédiat sur les poursuites et la détention des personnes pour +zina+" et à "libérer sans tarder" celles détenues dans ce cadre.

"Les femmes et filles victimes de viol appréhendent le fait de porter plainte et d'intenter des poursuites judiciaires car, si elles ne parviennent pas à prouver leur absence de consentement, elles peuvent être pénalement poursuivies et détenues", relève HRW.

Celles qui portent plainte "malgré ce risque font souvent face à des policiers et autorités judiciaires qui ne respectent pas leurs droits fondamentaux", déplore l'organisation, qui s'appuie notamment sur une trentaine d'entretiens avec des femmes et filles réalisés à Nouakchott et à Rosso (Sud).

HRW a rencontré cinq femmes et filles "qui ont dénoncé un viol, mais ont pourtant été elles-mêmes poursuivies pour +zina+ après avoir signalé leur agression à la police". Celles auxquelles le tribunal avait accordé la liberté provisoire avant le procès "ont été obligées de pointer chaque semaine dans un commissariat", fustige HRW.

"Alors que selon la loi mauritanienne, le crime de +zina+ ne s'applique qu'aux +musulmans majeurs+, certains procureurs vont jusqu'à inculper des filles mineures de +zina+, surtout si elles sont enceintes, même si elles expliquent que leur grossesse est due à un viol", dénonce encore HRW.

"Peu de survivantes d'agressions sexuelles osent s'exprimer" en Mauritanie, rappelle HRW, qui a recueilli le témoignage de Mariama. Cette femme a rapporté avoir été "violée par un chauffeur de taxi à l'âge de 20 ans" et n'en a pas parlé à ses parents par peur. "Alors que j'étais enceinte de huit mois, ma mère s'en est rendu compte et m'a demandé comment c'était arrivé. C'est à ce moment là que je lui ai raconté le viol".

Pris d'une "rage folle", son père l'a alors "amenée au commissariat et a dit aux policiers" que sa fille "devait être enfermée parce qu'elle avait couché avec un homme, et qu'il ne la voulait plus chez lui", rapporte HRW.

L'ONG rapporte aussi le calvaire de Rouhiya, qui dit avoir fui à 15 ans en juillet 2016 son père "qui abusait d'elle sexuellement" - et dont elle était enceinte - "pour chercher refuge chez un homme de 23 ans qui lui avait promis de l'épouser". Peu après, a-t-elle rapporté, cet homme l'a "enfermée, droguée et violée collectivement avec trois autres hommes".

La police l'a retrouvée au bout de deux semaines. Dans sa déclaration aux policiers, Rouhiya a révélé qu'elle connaissait un de ses agresseurs. Les policiers l'ont alors arrêtée et envoyée à la prison nationale pour femmes en l'accusant d'avoir eu des relations sexuelles hors mariage, selon HRW. Rouhiya a depuis été libérée grâce à une ONG et vit dans un foyer.

HRW pointe du doigt les "obstacles institutionnels, juridiques et sociaux que rencontrent les survivantes lorsqu'elles veulent rapporter à la police des incidents d'agressions sexuelles, amener les coupables devant la justice et obtenir un soutien médical et psychosocial".

Si l'ONG relève des "avancées" ces dernières années concernant la protection juridique des femmes, elle estime que la loi mauritanienne "ne définit et ne pénalise pas convenablement les violences sexuelles".