International Lors d’une rencontre avec des étudiants, le guide suprême a dû encaisser une attaque à laquelle il a rarement affaire.

L’ayatollah Ali Khamenei, premier personnage de l’Etat en Iran, n’a pas eu à regretter sa rencontre annuelle avec des étudiants. Le guide de la Révolution islamique a dû essuyer, mardi à Téhéran, des critiques - qui plus est de la part d’une femme - comme il doit rarement en encaisser, surtout en face-à-face. Sahar Mehrabi, une étudiante, a dénoncé devant lui "les limites infligées aux libertés" en Iran et les "ingérences illégales des forces de sécurité et armées dans le travail des instances élues par le peuple", lui demandant des comptes sur la situation économique et sociale du pays, ainsi que des réformes permettant de démocratiser le système politique.

(...)