International Sa fiabilité est inconnue. Le Congo est souvent sans courant. Et même son pays d’origine la désavoue. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) congolaise lance cette semaine une campagne de sensibilisation des électeurs sur le processus électoral, notamment sur la machine à voter, a-t-elle annoncé lundi. Cet outil, proposé par un fabriquant sud-coréen, Mitu Systems, fait polémique depuis de longs mois au Congo-Kinshasa, où la Ceni a décidé de l’imposer pour les élections annoncées - cette fois - pour le 23 décembre prochain, soit deux ans après la date légale.