International

Frapper un seul aéroport militaire du régime "n'est pas suffisant", a réagi vendredi un dirigeant d'un influent groupe rebelle après le bombardement américain d'une base aérienne dans le centre de la Syrie, d'autres factions insurgées appelant également Washington à poursuivre son intervention. "Frapper un seul aéroport n'est pas suffisant; il y a 26 aéroports (utilisés par le régime pour) bombarder les civils. Le monde entier doit aider à sauver le peuple syrien des griffes de l'assassin Bachar (al-Assad) et ses acolytes", a affirmé sur Twitter Mohammad Allouche, dirigeant de Jaich al-Islam et membre du Haut comité des négociations (HCN) de l'opposition syrienne.

D'autres factions rebelles ont salué les frappes américaines menées à l'aube contre une base militaire du régime au sud de la ville syrienne de Homs.

"Nous saluons toute action pouvant mettre fin à un régime qui commet les pires crimes de l'histoire moderne", a indiqué à l'AFP Ahmad Othmane, dirigeant du groupe Sultan Mourad soutenu par la Turquie.

"Nous espérons que l'Amérique ne se contentera pas de cette frappe, car sinon (le régime) commettra encore davantage de crimes", a-t-il prévenu.

"La frappe américaine contre les instruments de la mort utilisés par Bachar al-Assad est un premier pas sur la bonne voie dans la lutte contre le terrorisme", a affirmé de son côté à l'AFP Issam al-Rayyes, porte-parole de la coalition rebelle Front du sud, présente dans la province de Deraa, berceau de la révolte violemment réprimée en 2011 par le régime.

"Nous espérons que les frappes vont se poursuivre", a-t-il dit.

9 avions syriens détruits, dit la TV russe

Neuf avions de l'armée syrienne ont été "détruits" dans les frappes américaines contre l'aérodrome d'al-Chaayrate, a affirmé vendredi la télévision russe, diffusant des images de la base syrienne visée. "Neuf avions syriens des forces armées ont été détruits par les frappes" américaines contre la base d'al-Chaayrate, a déclaré le correspondant de la chaîne de télévision russe Rossiïa 24, Evgueni Poddoubni, qui s'est rendu sur place.

Sur les images, on aperçoit au moins deux avions encore intacts dans leurs hangars en béton armé. Des morceaux de tôle et des débris non identifiables recouvrent le sol, selon ces images.

La chaîne d'informations montre aussi l'impact d'une bombe ayant noirci la piste d'atterrissage, restée néanmoins en bon état, avant de filmer le cratère qu'une autre bombe a creusé dans le sol.

La base d'al-Chaayrate, dans la province de Homs (centre de la Syrie), a été frappée vers 00h40 GMT par 59 missiles Tomahawk tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross qui se trouvaient en Méditerranée.

Ces frappes ont fait "six morts, des blessés et d'importants dégâts matériels", a indiqué vendredi l'armée syrienne dans un communiqué lu par un porte-parole à la télévision d'Etat.

Les tirs de missiles américains interviennent après une attaque chimique présumée mardi sur la localité de Khan Cheikhoun, dans la province d'Idleb, imputée au régime syrien par Washington, ce que dément Damas.