International

Filmé par des passants, l'acte spontané du jeune Malien Mamoudou Gassama samedi à Paris a été vu des millions de fois sur les réseaux sociaux: on le voit escalader, à mains nues et en moins de trente secondes, la façade d'un immeuble parisien pour sauver un enfant de 4 ans suspendu à un balcon au 4e étage.

Pour rappel, c'est vers 20h samedi que les pompiers ont été alertés par des passants ayant vu l'enfant suspendu dans le vide dans le XVIIIe arrondissement et qui ne devra son salut qu'à l'intervention de M. Gassama.

"Par chance, il y avait quelqu'un qui avait une bonne condition physique et qui a eu le courage d'aller chercher l'enfant", ont expliqué les pompiers à l'AFP. Dans un tweet lundi, les sapeurs-pompiers de Paris se sont dits "prêts à accueillir" M. Gassama dans leurs rangs, assurant qu'il partageait les mêmes "valeurs".


Les précisions du procureur de Paris: "Effondré", le père a été remis en liberté

L'enfant s'est retrouvé seul sur le balcon, car son père, né en 1981 et sans antécédents judiciaires, "était parti pour faire les courses", a expliqué le procureur de Paris François Molins sur BFMTV.

"Il a tardé à rentrer à la maison parce qu'en sortant du magasin où il faisait ses courses il s'est mis en tête de jouer à Pokemon Go", a-t-il ajouté.

"Effondré", il a été remis en liberté et sera jugé "en septembre" pour soustraction à des obligations parentales, une infraction passible de deux ans de prison, a précisé le procureur.

L'enfant, dont la mère se trouvait à la Réunion au moment des faits, a été placé dans une structure d'accueil.


Les réactions politiques louant le courage du jeune sauveteur affluaient encore lundi: un geste "exemplaire" et "admirable" qui "doit être reconnu et salué", a estimé Eric Ciotti (LR), défendant la régularisation du jeune homme, tout en regrettant "une forme d'exploitation un peu politique".

L'eurodéputé Front national Nicolas Bay est lui aussi d'accord pour le régulariser "en raison de son acte de bravoure" mais en contrepartie de l'expulsion de "l'ensemble des clandestins" de France.

Le dernier héros à avoir été salué et naturalisé par la France pour son courage était Lassana Bathily, un demandeur d'asile malien qui avait fourni des éléments-clé aux forces de l'ordre lors de la prise d'otages du supermarché Hyper Cacher en janvier 2015.