International

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a effectué jeudi un premier atterrissage symbolique sur le troisième aéroport d'Istanbul, l'un des grands projets qu'il met en avant dans la campagne pour les élections de dimanche.

Le chef de l'Etat a atterri jeudi soir dans cet aéroport qui doit ouvrir ses portes au public le 29 octobre, date de la fête nationale. "Si Dieu le veut, notre aéroport deviendra une marque, qui ira bien au-delà de nos frontières", a-t-il déclaré, arrivant d'un meeting à Gaziantep (sud).

Situé sur la rive européenne d'Istanbul, près de la mer Noire, ce sera "le plus grand aéroport du monde", selon Ankara, avec ses 67,5 millions de mètres carrés. Le nom de cet aéroport n'a pas encore été dévoilé. Il doit remplacer l'aéroport Atatürk d'Istanbul, que le président turc a promis de transformer en un immense parc, à l'image de Hyde Park à Londres ou Central Park à New York.

Durant une première phase, le nouvel aéroport doté de six pistes aura une capacité de 90 millions de passagers par an, pour atteindre 150 millions de passagers en 2023, a affirmé le chef de l'Etat.

Il s'agit de l'un de ses grands projets d'infrastructures parmi lesquels figure également la construction d'un canal parallèle au Bosphore, sur le modèle de ceux de Suez et du Panama. Muharrem Ince, principal concurrent du président sortant dimanche, a promis d'abandonner ce projet, beaucoup trop couteux selon lui.