International Au terme d'un échange virulent entre l'accusé et le juge, ce dernier a donné l'ordre aux forces de sécurité de bâillonner l'accusé.

Comme le montre une vidéo diffusée par la chaîne Fox 8 News Cleveland, un procès ne s'est pas déroulé comme prévu mardi dernier dans le Comté de Cuyagoha dans l'Ohio. Accusé de trois vols à main armée, Franklyn Williams n'a pas répondu aux injonctions du juge John Russo lui ordonnant de se taire.

Vêtu de la traditionnelle tenue orange des prisonniers américains, l'accusé de 32 ans a finalement été bâillonné par les forces de police sur ordre du juge.

Comme le rapporte Fox 8 News, l'échange a au total duré près de 30 minutes et M. Williams a nié une dizaine d'appels au silence et d'avertissements de la part du juge. 

- "M. Williams, je suis le juge. Taisez-vous et c'est moi qui vous donnerai la permission de parler. Compris ?" commence à s'emporter le juge dans l'extrait ci-dessus. 

- "Je vais écouter votre avocat, donc fermez-la" poursuit plus tard M. Russo, alors que l'accusé interrompait également la plaidoirie de son représentant.

- "Vous essayer de me prendre ma vie, ce n'est pas juste !" se défend M. Williams. 

- "Je vous ai donné une chance de parler, je ne vais pas avoir d'autre choix que de vous bâillonner si c'est nécessaire" menace alors le juge, avant de mettre son avertissement à exécution.

Après s'être assuré que l'accusé ne tenterait pas de mordre les agents, un policier, entouré de cinq autres agents, va lui placer une bande autocollante sur la bouche. Cela n'empêchera pas M. Williams de continuer à parler.

"Je me suis senti humilié"

Condamné à 24 ans de prison, Franklyn Williams a réagi à ce procès auprès de Fox 8 News. "Quand ils m'ont mis cet autocollant sur la bouche, je me suis senti tellement humilié." Et quand il lui a été demandé pourquoi il n'avait simplement pas obéi aux injonctions du juge. "Parce qu'il ne me laissait pas exprimer à l'enregistrement ce que j'avais à dire, et qu'il m'arrêtait sans arrêt quand j'essayais d'expliquer quelque chose de mon plein gré."

Tollé aux Etats-Unis

Sur internet, la séquence commence à créer un scandale outre-Atlantique. Et la branche de l'Ohio de l'Union Américaine pour les Libertés Civiques (ACLU) a réagi dès le lendemain de la publication de la vidéo. "Nous ne pouvons pas considérer cela comme étant normal. C'est humiliant. Cela ne prive pas seulement cette personne de son droit à parler avant que sa vie ne lui soit retirée, ça lui vole sa dignité" a exprimé l'avocat de l'ACLU.