International

Survivant. Avec une postface de Pierre Rigoulot, spécialiste français du communisme et de la Corée du Nord, les éditions Belfond publient la traduction française de l’ouvrage que le journaliste américain Blaine Harden vient de consacrer à l’odyssée de Shin Dong-hyuk ("Rescapé du Camp 14", 19,50 € env.). Né il y a trente ans dans le goulag nord-coréen, d’un mariage forcé entre deux détenus, Shin a fait dès l’enfance la terrible expérience de l’univers concentrationnaire du dernier régime stalinien de la planète. Il a grandi dans le "Camp 14", au nord-est de Pyongyang, où il fut à la fois le témoin des pires atrocités, dont l’exécution de toute sa famille, et un rouage de l’impitoyable mécanisme totalitaire puisqu’il fut tantôt amené à dénoncer ses compagnons d’infortune en échange d’un peu de nourriture, tantôt contraint de trahir ses proches sous la torture. Shin Dong-hyuk parvint à s’enfuir et à gagner la Chine - par le chemin le plus long, en longeant la côte orientale de la Corée du Nord jusqu’à Chongjin. En soudoyant des policiers et soldats affamés, prêts à fermer les yeux pour un paquet de cigarettes ou de biscuits, le jeune homme arracha sa liberté. C’est un homme hanté, au corps couvert de cicatrices, dont le chef du bureau du "Washington Post" à Tokyo a croisé la route. Ph. P.