International

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne estiment "hautement probable" que la Russie soit responsable de l'empoisonnement d'un de ses ex-espions sur le territoire du Royaume-Uni, a indiqué jeudi soir le président du Conseil européen Donald Tusk sur Twitter. "Le Conseil européen est d'accord avec le Royaume-Uni sur le fait qu'il est hautement probable que la Russie soit responsable de l'attaque de Salisbury et qu'il n'y a pas d'autre explication plausible", a twitté le Polonais. "Nous sommes pleinement solidaires avec le Royaume-Uni face à ce défi sérieux pour notre sécurité partagée", indiquent les 28 dans des conclusions sur le sujet.

La Première ministre britannique Theresa May avait annoncé venir chercher le soutien de ses homologues concernant l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal et de sa fille il y a deux semaines.

L'agent innervant utilisé pour ce faire n'a pu être développé que par la Russie, qui a en outre le plus intérêt à se débarrasser d'un de ses anciens espions, selon des experts. "L'utilisation d'armes chimiques, y compris l'utilisation comme arme de produit chimique toxique, est complètement inacceptable, doit être rigoureusement et systématiquement dénoncée et constitue une menace à notre sécurité à tous", affirment encore les dirigeants européens. "Les Etats membres se coordonneront sur les conséquences à tirer à la lumière des réponses fournies par les autorités russes."

Theresa May a également rencontré, en marge du sommet, le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel, afin d'évoquer le sujet. Le ton finalement employé par les chefs d'Etat et de gouvernement des 28 est finalement plus offensif que prévu. Il n'est cependant pas encore question de nouvelles sanctions envers Moscou.