International

Après avoir dénoncé “l’usage illégal de la force contre le Royaume-Uni” par l’Etat russe, Theresa May n’a annoncé que des sanctions convenues. Pour Moscou, néanmoins, Londres “a fait le choix de la confrontation”

Intérieurement, le président russe Vladimir Poutine doit bien ricaner. Theresa May a visiblement eu peur de froisser celui qui sera sans aucun doute réélu dimanche à la tête de l’Etat russe.

La Première ministre britannique l’avait pourtant directement visé, mercredi, à l’entame de son allocution sur les suites de l’empoisonnement, sur le sol britannique, de l’ancien agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille.

(...)