International Le président français avait choisi TF1 et une école de l’Orne pour se réconcilier avec un électorat dérouté par ses réformes et son style. Plus d’une heure d’entretien pour affirmer qu’il garderait le cap, tout en faisant quelques concessions, sur la SNCF ou la fiscalité. Un exercice parfaitement cadré qui n’a pas tardé à susciter les critiques de l’opposition, mais devra être jugé avant tout par l’opinion.