François Fillon à la tête de l'UMP?

AP Publié le - Mis à jour le

International

François Fillon lève un coin du voile sur ses ambitions pour la présidence de l'UMP. Dans un entretien au "Figaro Magazine" à paraître vendredi, l'ancien Premier ministre dit vouloir prendre toute sa part à cette "compétition" qui pourrait l'opposer à l'actuel secrétaire général du parti Jean-François Copé, à l'issue des élections législatives.

"Je prendrai toute ma part, avec d'autres, à cette compétition", précise l'ancien Premier ministre, considéré par 42% des sympathisants de la majorité sortante comme la personnalité la plus à même de diriger l'UMP, selon un récent sondage de l'IFOP.

"Depuis le départ de Nicolas Sarkozy, il n'y a plus, à l'UMP, de leader naturel", poursuit-il, désignant implicitement M. Copé. "Donc, il y aura une compétition. Mais la compétition ne signifie pas la division", souligne l'ex-chef du gouvernement, assurant ne pas vouloir attiser une "guerre des chefs" à droite.

"La confrontation des idées, ce n'est pas la guerre. Comment désigner un président de l'UMP légitime sans l'onction du suffrage des militants?", dit-il, alors qu'une trêve est respectée au sein de l'UMP le temps de la campagne des législatives.

A ses yeux, le prochain secrétaire général de l'UMP aura pour rôle de "rassembler, construire un projet, susciter un espoir, incarner une alternative".

Quant au risque d'éclatement de l'UMP, François Fillon ne l'écarte pas. Selon lui, "le risque est aggravé par la défaite présidentielle et le serait encore plus en cas de mauvais résultats aux législatives". Mais il soutient que "le maintien de l'UMP est fondamental" si la droite veut revenir aux affaires.

Publicité clickBoxBanner