International

Le candidat de la droite à la présidentielle subit des pressions de toutes parts. Son entourage le plus proche et les ténors du parti "Les Républicains" le somment de se retirer de la course à l'Elysée.

- 20h43: Le directeur de campagne de Fillon, Stefanini, remet sa démission "irrévocable"

Patrick Stefanini, le directeur de campagne de François Fillon, a remis sa démission vendredi matin, annoncent plusieurs médias français. Le candidat des Républicains a ensuite rapidement démenti l'information, soulignant que M. Stefanini avait pensé à se désister avant de se rétracter. Mais, coup de théâtre, l'équipe de campagne a rétorqué une heure plus tard que la démission serait effective dimanche soir après le rassemblement du Trocadéro. "Patrick Stefanini a présenté ce matin sa démission a François Fillon qui l'a acceptée. Patrick Stefanini sera en responsabilité jusqu'à l'issue du grand rassemblement populaire de dimanche place du Trocadéro. Il sera remplacé lundi matin à la direction de campagne par Vincent Chriqui", a annoncé l'équipe de François Fillon dans un communiqué à l'AFP.

L'homme invoquait deux raisons à sa décision.

L'une est personnelle, l'homme s'estimant "minoritaire au sein de [son] équipe" après l'annonce du maintien du candidat malgré une probable mise en examen prochaine. "Je ne suis donc plus le mieux placé pour diriger ta campagne et j'en tire les conclusions", poursuit Patrick Stefanini.

L'autre raison de cette démission est politique, car la "victoire n'est pas certaine", écrit-il. "Depuis trois mois, j'ai travaillé ardemment [...] pour construire des équipes de campagne [...] puis pour trouver un accord avec l'UDI". "Depuis 48 heures, il ne reste plus rien ou presque du fruit de ce travail", ajoute-t-il.

- 19h03: La formation centriste UDI retire officiellement son soutien à François Fillon, a annoncé son président Jean-Christophe Lagarde

Le parti de centre-droit français UDI a décidé de retirer son soutien au candidat de droite à la présidentielle François Fillon, convoqué par la justice française le 15 mars dans une affaire d'emplois fictifs présumés.

"Nous demandons solennellement aux Républicains de changer de candidat, faute de quoi nous ne saurions poursuivre cette alliance dans un tel aveuglement", a déclaré vendredi le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde dans un entretien au quotidien Ouest France.

- 18h38: François Fillon appelle à la mobilisation dimanche à Paris pour "montrer la volonté populaire des militants de la France"

Le candidat appelle ses partisans à "résister" avec "une force calme"


- 18h33: Plus de 100 élus ont lâché François Fillon

Une centaine d'élus avaient lâché François Fillon vendredi en fin d'après-midi, selon un décompte de Libération. Le départ mercredi de Bruno Le Maire, quatrième à la primaire de la droite et du centre, a déclenché une vague de défections, dont celle de l'unique porte-parole du candidat à l'élection présidentielle, Thierry Solère. Parmi les départs, on notera notamment ceux d'Yves Jégo, vice-Président de l'UDI, Christine Boutin, présidente d'honneur du Parti chrétien démocrate, ou encore de Nadine Morano, ancien soutien de Nicolas Sarkozy. La centaine de défections est majoritairement formée de "Lemairistes" et "Juppéistes".