François Hollande froisse déjà les Anglais

AFP/BELGA Publié le - Mis à jour le

International

Les non-résidents possédant une propriété en France seront taxés au même niveau que les résidents quelle que soit la nationalité des uns et des autres, mais pas davantage, a indiqué mardi l'Elysée. Ce sujet sensible avait provoqué une mini-polémique au Royaume-Uni, de nombreux Britanniques possédant une résidence secondaire de l'autre côté de la Manche.

"Nous ne voulons pas taxer davantage" les résidences secondaires appartenant à des non-résidents en France, a déclaré M. Hollande lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre britanique David Cameron à Londres. Les non-résidents ne paieront pas plus, mais ne paieront pas moins non plus que les résidents, ce qui est le cas actuellement, a précisé plus tard l'Elysée "Nous allons aligner" les deux fiscalités, "c'est une mesure d'équité fiscale", plaide-t-on à l'Elysée.

La phrase de M. Hollande avait été saluée d'un grand sourire de M. Cameron, qui a lancé "Je disais à Francois (Hollande) que j'avais un attaché de presse qui est à moitié français, un chef du personnel dont la femme est française et un ambassadeur en France qui a une maison en Normandie. Il sera particulièrement soulagé".

Selon le Daily Telegraph, quelque 200.000 Britanniques sont concernés par cette mesure fiscale.

Publicité clickBoxBanner