International Si la France et le Royaume-Uni ont fait grand cas du succès de leurs actions, ils se sont retrouvés lundi face à des Etats membres pour le moins sceptiques. Ce n’est pas que ces derniers remettent en cause la nécessité d’imposer des limites à la barbarie du régime syrien. Les conclusions prennent pour un fait accompli l’attaque chimique présumée qui aurait été perpétrée à Douma et appellent à ce que les auteurs de ces actions rendent des comptes. Mais certains leaders doutent de l’efficacité des frappes symboliques menées ce samedi.