International La Première ministre britannique Theresa May a défendu lundi, devant la Chambre des communes, la décision de son gouvernement de bombarder la semaine dernière trois lieux présentés comme étant des installations chimiques du régime du président syrien Bachar al-Assad. "Il existe un vaste soutien international pour notre action", a-t-elle assuré.