International

Le gouverneur de l'Etat de Floride, Rick Scott, a affirmé qu'il s'agissait "clairement d'un acte de terrorisme". L'Etat islamique revendique la responsabilité de la tuerie dans la discothèque d'Orlando en Floride via l'agence AMAK, liée à l'EI.

La tuerie qui a fait 50 morts dans un club gay d'Orlando en Floride (Etats-Unis) a été perpétrée par "un combattant de l'EI", a indiqué dimanche l'agence Amaq liée au groupe extrémiste Etat islamique (EI).

"L'attaque armée qui a visé un club pour homosexuels dans la ville d'Orlando, dans l'Etat américain de Floride, faisant plus de 100 morts et blessés, a été exécutée par un combattant de l'Etat islamique", affirme Amaq dans un court communiqué citant "une source".

D'après des médias américains, le tireur accusé de la tuerie perpétrée dimanche à l'aube avait auparavant prêté allégeance à l'EI.

D'après la télévision NBC, citant des sources policières, le tireur accusé du massacre d'au moins 50 personnes dimanche à l'aube dans une boîte de nuit gay d'Orlando, a téléphoné quelques instants avant son crime au numéro 911 pour annoncer qu'il faisait allégeance au chef de l'EI.

Omar Mateen était connu du FBI, rapporte la chaîne de télévision américaine CNN sur base de sources judiciaires. Il était suspecté par la police fédérale américaine d'être partisan de l'organisation terroriste Etat islamique.

La pire fusillade de l'histoire des Etats-Unis "n'a rien à voir avec la religion", a affirmé le père du suspect identifié par plusieurs médias comme étant un Américain d'origine afghane. Il a expliqué à la chaîne NBC que son fils avait été choqué il y a peu en voyant deux hommes s'embrasser devant sa femme et son fils.

Le gouverneur de l'Etat de Floride, Rick Scott, a par ailleurs affirmé qu'il s'agissait "clairement d'un acte de terrorisme".


Le tireur d'Orlando avait été interrogé deux fois par le FBI

L'auteur du massacre qui a fait 50 morts dans un club gay d'Orlando a été interrogé à plusieurs reprises par la police fédérale mais sans suite, a indiqué un responsable du FBI dimanche. "Le FBI a eu connaissance de son existence quand il a fait des remarques à ses collègues laissant penser à d'éventuels liens avec des terroristes", a expliqué Ronald Hopper au cours d'une conférence de presse, précisant qu'il avait été interrogé à deux reprise. Il avait une nouvelle fois attiré l'attention du FBI pour des liens avec un kamikaze américain.

Dans le cadre de l'enquête, Omar Seddique Mateen "avait été interrogé deux fois", a poursuivi M. Hopper. "Au final, nous n'avons pas été en mesure de vérifier la substance de ses commentaires et l'enquête a été close".


Une communauté ciblée?

En novembre dernier, nous avions relayé que Salah Abdeslam avait traîné dans plusieurs bars gays de Bruxelles à la fin du mois d’octobre 2015. Il nous revenait en effet que l’homme aurait été identifié à quatre ou cinq reprises, dans ces lieux branchés, prisés par la communauté homosexuelle.

Toujours d’après nos sources, il semblerait que sa présence puisse plutôt trouver une explication dans le trafic de documents orchestré par son frère, Brahim, qui s’est fait exploser lors des attaques, boulevard Voltaire à Paris. L’hypothèse du repérage de lieux à faire exploser n’était pas exclue pour autant.


Le pape exprime son "exécration" contre cette "haine insensée"

Le pape a exprimé dimanche son "exécration" face à la "haine insensée" du tireur qui a provoqué la mort de 50 personnes dans un night-club gay à Orlando en Floride. "Le terrible massacre qui a eu lieu à Orlando, qui a fait de très nombreuses victimes innocentes, a suscité chez le pape François et chez chacun de nous des sentiments très profonds d'exécration et de condamnation, de douleur, de trouble devant cette nouvelle manifestation d'une folie meurtrière et d'une haine insensée", a indiqué son porte-parole, le père Federico Lombardi.


Obama condamne un acte de "terreur et de haine"

Le président Barack Obama a condamné dimanche la pire fusillade de l'histoire des Etats-Unis - "un acte de terreur et de haine" - , qui a fait 50 morts dans un club gay de Floride. "Aucun acte de terreur et de haine ne peut changer qui nous sommes", a affirmé le président lors d'une très brève allocution en direct de la Maison Blanche.

Le président Obama a estimé que "le FBI (la police fédérale, Ndlr) avait bien fait d'ouvrir une enquête pour terrorisme". Il a également ordonné que les drapeaux sur tous les bâtiments fédéraux soient mis en berne en hommage aux victimes.

Le tireur a été identifié par les médias comme Omar Mateen, un citoyen américain d'origine afghane, âgé de 29 ans. Le tireur a agi seul et a été tué lors d'un échange de coups de feu avec la police. Il aurait fait allégeance au groupe Etat islamique lors d'un appel au numéro des services d'urgence 911, selon CNN et NBC.