International

Un tireur a réveillé mardi les pires cauchemars de l'Amérique en ouvrant le feu sur une école primaire et ses alentours en Californie, tuant quatre personnes et en blessant près d'une dizaine d'autres, dont deux enfants, choisissant ses victimes au hasard avant d'être abattu, selon les autorités. La procédure de confinement ("lockdown") - qui est répétée régulièrement dans toutes les écoles américaines pour se préparer à ce genre de drame - a sans doute permis d'éviter une tuerie dans l'école élémentaire.

"Cet homme avait la très, très ferme intention de terminer ce qu'il avait décidé de faire aujourd'hui", a déclaré le shérif adjoint du comté de Tehama, Phil Johnston, lors d'une conférence de presse.

Les coups de feu ont éclaté mardi vers 8H00 du matin (16H00 GMT) dans une maison de cette bourgade rurale située à quelque 160 kilomètres de Sacramento, dans le nord de la Californie. Puis le tireur s'est rendu à l'école primaire où il a continué de tirer, avant d'être abattu par la police.

Aucun enfant n'a été tué dans cette fusillade au mobile encore indéterminé mais qui pourrait être lié à une dispute domestique et un passé marqué par des différends avec des voisins, a précisé Phil Johnston.

Parmi les victimes figure une femme que le tireur avait auparavant été accusé d'avoir poignardé, a-t-il précisé.

Un enfant a été blessé par balle à l'école. Un autre a été touché, mais sa vie n'était pas en danger, alors qu'il roulait en voiture avec sa mère, qui a elle été grièvement blessée.

Le tireur s'est lancé dans sa course meurtrière après avoir volé le véhicule d'un voisin, selon la police, et a ensuite tenté d'entrer dans l'école, mais en vain car l'établissement avait été sécurisé après les premiers coups de feu.

L'assaillant, qui portait une veste militaire, a alors quitté l'école au volant de son véhicule, continuant à tirer jusqu'à avoir un accident. Il a ensuite volé un second véhicule puis a été tué lors d'un échange de tirs avec la police.

Trois armes ont été retrouvées sur la scène du crime qui a mobilisé une centaine de policiers, selon Phil Johnston: un fusil semi-automatique et deux armes de poing.

Sur la chaîne locale KCRA, Brian Flint, un riverain, a assuré que son colocataire avait été abattu par le tireur. Ce dernier était un voisin "fou" qui les "menaçait", a expliqué M. Flint. Il "tirait beaucoup de balles ces derniers temps", a-t-il ajouté.

Les fusillades, y compris dans les établissements scolaires, endeuillent régulièrement les Etats-Unis, un pays où plus de 33.000 personnes meurent par balle chaque années - dont deux tiers de suicides - et où le débat sur la réglementation des armes à feu ne s'éteint jamais.

Ce nouveau drame survient moins de 10 jours après qu'un homme eut perpétré la pire tuerie de l'histoire du Texas, en abattant 26 personnes dans une église baptiste de Sutherland Springs.