International

Un utilisateur de YouTube avait alerté le FBI l'année dernière après avoir vu sur la plateforme un message d'un utilisateur du nom de Nikolas Cruz - le patronyme du principal suspect de la fusillade de Parkland - menaçant de commettre une fusillade dans un lycée.

"Je vais devenir un professionnel de la tuerie en milieu scolaire", avait écrit en commentaire d'une vidéo un abonné qui se faisait appeler Nikolas Cruz.

Ce nom est le même que celui du jeune homme de 19 ans qui a été inculpé jeudi de 17 meurtres avec préméditation, après la fusillade du lycée Marjory Stoneman Douglas de Parkland en Floride, dans le sud-est des Etats-Unis.

"Quand j'ai vu le commentaire dans mes notifications (...), ça a attiré mon attention. J'en ai donc fait une capture d'écran que j'ai envoyée au FBI", a expliqué jeudi Ben Bennight, un utilisateur YouTube, à CNN.

La police fédérale américaine a confirmé avoir reçu un signalement concernant ce commentaire en septembre 2017.

"Le FBI a procédé à des recherches dans des bases de données, mais n'a pas été capable d'identifier avec plus de précisions la personne qui a posté ce commentaire", a déclaré l'agence dans un communiqué.

Ben Bennight a expliqué au site BuzzFeed News qu'au lendemain de sa signalisation, des agents du FBI se sont rendus à son bureau pour lui demander s'il possédait plus d'informations sur l'utilisateur qui avait publié ce commentaire.

"Je n'en avais pas. Ils ont fait une copie de ma capture d'écran et c'est la dernière fois que j'ai entendu parler d'eux", a-t-il expliqué à BuzzFeed.


L'auteur de la tuerie en Floride faisait partie d'un groupuscule suprémaciste

L'auteur de la tuerie dans un lycée de Floride était membre d'un groupuscule d'extrême droite prônant la supériorité de la race blanche, a affirmé jeudi l'Anti-Defamation League (ADL), une association de lutte contre l'antisémitisme. Selon cette organisation qui étudie la mouvance nationaliste aux Etats-Unis, Nikolas Cruz, 19 ans, participait régulièrement à des réunions avec ce groupuscule nommé "Republic of Florida".

Le meurtrier présumé de 17 personnes dans son ancien lycée de Parkland s'entraînait notamment au tir avec les membres de ce groupe néofasciste revendiqué. Ceux-ci s'affichent sur les réseaux sociaux en tenue paramilitaire et brandissant des armes à feu.

Nikolas Cruz "avait juste l'air d'un jeune homme blanc en difficulté (mais normal)", a déclaré Jordan Jereb, le chef de "Republic of Florida", au site The Daily Beast.

M. Jereb a avancé l'hypothèse que M. Cruz aurait pu passé à l'acte par haine des juifs ou encore des femmes.

"Nous ne sommes pas vraiment fans des juifs. Je pense qu'il y avait beaucoup de juifs à l'école avec lesquels il avait des problèmes", a-t-il estimé, toujours cité par The Daily Beast.

Les Etats-Unis s'interrogeaient jeudi sur les raisons du passage à l'acte de M. Cruz, accusé de la pire tuerie commise dans un établissement scolaire américain depuis cinq ans.

© AFP