International

Le décès d'un sans-abri portugais à Londres, retrouvé à proximité du parlement britannique, a provoqué une vive émotion dans la société britannique, et amené plusieurs responsables politiques à réclamer une meilleure prise en charge des SDF.

Âgé de 35 ans, l'homme avait été retrouvé mort mercredi matin dans un couloir de la station de métro de Westminster, utilisé chaque jour par des élus se rendant au parlement.

L'association caritative The Connection, qui l'avait hébergé à plusieurs reprises, a exprimé sa "profonde tristesse".

Elle précise qu'il avait travaillé par le passé comme mannequin et dans le secteur de l'hôtellerie. "Il avait présenté une candidature à un poste de serveur la semaine dernière", ajoute-t-elle, sans donner son nom.

Pam Orchard, la directrice de l'association, a réclamé davantage de moyens pour la prise en charge des sans-abris. "Ces morts tragiques ne sont pas que des statistiques", a-t-elle déploré. Cet homme "avait des atouts, des talents, des compétences, mais il avait aussi des problèmes, et les choses ont mal tourné pour lui".

A l'endroit où l'homme a été retrouvé, plusieurs bouquets de fleurs ont été déposés, dont un par le chef de l'opposition, le travailliste Jeremy Corbyn. "Cela n'aurait jamais dû arriver. Notre pays doit arrêter de passer à côté" sans réagir, a-t-il écrit dans un note manuscrite. Sur Twitter, il a exhorté "tous les députés à relever ce défi moral et à loger tout le monde".

Le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa a regretté "la mort dans des circonstances inhumaines" de cet homme, selon un communiqué publié par la présidence.

IL a également exprimé "sa solidarité avec les personnes vivant dans des conditions précaires", et appelé "aux efforts de tous pour les inclure dans la société".

Selon les chiffres du gouvernement britannique, le nombre de sans-abris a augmenté de 15% en Angleterre en 2017, à 4.751 personnes. Ce chiffre est régulièrement contesté par les ONG, qui l'estiment inférieur à la réalité, et critiquent la méthode de calcul utilisé par le gouvernement.