International

L'Etat hébreu suspend sa collaboration avec l'agence de l'Onu suite à l’approbation d’un texte qui "nie", selon lui, le lien entre le peuple juif et Jérusalem. Nouvel épisode de la cohabitation délicate entre populations juive et arabe.

Israël a annoncé vendredi la suspension de sa collaboration avec l’Unesco. Le gouvernement israélien n’a pas apprécié qu’une résolution approuvée jeudi par une commission de l’agence onusienne pour l’éducation, la science et la culture nie, selon lui, le lien historique entre le peuple juif et Jérusalem. Israël est en outre présenté comme "puissance occupante" dans ce texte dont l’adoption effective par le comité exécutif de l’organisation est prévue mardi prochain.

Le projet de résolution, soumis par sept pays arabes, entend œuvrer à "la sauvegarde du patrimoine culturel de la Palestine et du caractère distinctif de Jérusalem-Est". En filigrane de cet intitulé apparaît la situation particulière de la partie arabe de la Ville sainte, occupée par Israël depuis 1967 et annexée depuis. Le texte dénonce les empiétements d’Israël dans la Vieille ville, située dans la partie orientale et palestinienne - et en particulier sur l’esplanade des Mosquées.

(...)