International

Ivanka Trump, fille et conseillère du président américain Donald Trump, a dénoncé dimanche "le racisme, la suprématie blanche et les néo-nazis", alors que son père est critiqué pour sa réaction aux violences qui ont endeuillé un rassemblement de l'extrême droite la veille à Charlottesville (est).

"Il n'y a pas de place dans la société pour le racisme, la suprématie blanche et les néo-nazis. Nous devons tous nous réunir comme des Américains, et être un pays UNI", a écrit Ivanka Trump dans une série de tweets dimanche matin.



Cette prise de position la démarquait de Donald Trump, qui a renvoyé manifestants d'extrême droite et contre-manifestants antiracistes dos à dos samedi en dénonçant la "violence venant de diverses parties".

Le président est vivement critiqué pour ces commentaires, y compris chez les Républicains. Le sénateur de Floride, Marco Rubio, a notamment demandé à "entendre le président décrire les événements de Charlottesville pour ce qu'ils sont, une attaque terroriste menée par des suprémacistes blancs".

Une femme de 32 ans a été tuée samedi à Charlottesville, en Virginie, lorsqu'une voiture a foncé sur la foule des contre-manifestants venus s'opposer à un rassemblement d'extrême droite.

Un homme de 20 ans, originaire de l'Ohio, a été arrêté.

En fin d'après-midi, Donald Trump réagit enfin

Le président des Etats-Unis Donald Trump condamne "toutes les formes de violence" y compris "bien sûr" celles des suprémacistes blancs et des néo-nazis, a indiqué dimanche un porte-parole de la Maison Blanche.

"Le président a dit avec force hier qu'il condamnait toutes les formes de violence, d'intolérance et de haine. Cela inclut, bien sûr, les suprémacistes blancs, le KKK, les néo-nazis et tous les groupes extrémistes", a indiqué ce porte-parole, alors que le président est accusé d'indulgence vis-à-vis de l'extrême droite.