International Qu’il obéisse ou non, la reconstruction du parti ne sera pas facile avant les élections de 2019.

La fin du parcours à la tête de l’Afrique du Sud est proche pour le président Jacob Zuma. Les dirigeants de son parti, le Congrès national africain (ANC), se sont en effet accordés pour "rappeler" le chef de l’Etat et lui ordonner de démissionner.

Jacob Zuma est allé trop loin dans son obstination, au point d’être lâché par son propre parti. Après des jours d’attente, de rumeurs, de rebondissements, de réunions annulées et reprogrammées, l’ANC prend enfin clairement position. Et, en apparence du moins, parle d’une seule voix.