International

Dans sa "revue de la semaine", le président de la France Insoumise est brièvement revenu sur la disparition du rockeur et s'est attiré les foudres des fans.

" Sur Johnny, qu'est-ce que vous voulez que je dise moi ?", a déclaré Jean-Luc Mélenchon dans sa vidéo hebdomaire. En toute honnêteté, il a refusé de parler d'un homme qu'il ne connaissait pas. " Moi j'ai rien à dire sur le sujet (...) en tout cas moi j'ai pas plus à dire que ceux qui sont en train de me regarder."

La veille Jean-Luc Mélenchon avait néanmoins rendu un bref hommage à l'écrivain Jean d'Omersson qu'il avait déjà rencontré. Un sentiment qu'il ne partageait donc pas pour Johnny Hallyday. "Quand on fait une notice nécrologique, qu'on parle de quelqu'un qui est mort, c'est soit pour dire 'attention les gens, c'était quelqu'un d'important, il a écrit ceci, il a écrit cela', et c'est une manière de signaler aux gens l'importance de quelqu'un qui disparaît. Mais là, Johnny Hallyday, il n'a pas besoin de moi pour qu'on sache qu'il chantait des chansons qui ont marqué son époque, son temps et tout ça", explique-t-il.

Comme le relaie le Huffington Post, Jean-Luc Mélenchon a néanmoins évoqué le lien intime qui unissait le chanteur et ses fans : "Il y a des gens qui l'ont aimé. Ils l'aiment pour la musique, pour le personnage, pour la manière d'incarner des textes. Et puis ils l'aiment surtout par rapport à eux. Parce que celui qui a été amoureux une seule fois sur la musique de Johnny, il ne l'oubliera pas plus qu'il n'oubliera son amour".

C'est à ce moment toutefois que le politicien a visiblement contrarié les fans de Johnny. "Je comprends qu'il y ait plein de gens à qui ça fasse du chagrin, pourtant ils ne le connaissent pas, ils ne lui ont jamais parlé, ils n'ont fait que écouter sa musique." Selon le président de gauche, "c'est un chagrin qu'on a sur la vie qui passe, sur la vanité des choses, sur tout ce qui dans notre propre existence personnelle a pu entrer en résonance avec les autres grâce à une musique ou une chanson".

La France Insoumise incomprise même par ses partisans

Jean-Luc Mélenchon n'est pas le seul dans son parti à avoir gaffé sur le décès de la star. Alexis Corbière a été vivement critiqué pour un tweet qu'il a vite retiré. Il affirmait en effet selon le Huffington Post que la mort de Johnny Hallyday ne devait pas "faire oublier le nouveau mauvais coup" préparé par le gouvernement. Une fois le message supprimé, l'homme s'est excusé publiquement pour sa maladresse : "J'ai fait une bêtise dans le sens où c'est maladroit, c'est un manque de tact. Plein de gens ont l'impression que c'est un manque de respect à Johnny, ça me touche, j'aime beaucoup Johnny", s'est-il défendu sur RMC.

La conseillère en communication de Jean-Luc Mélenchon a également mis les pieds dans le plat. Sophia Chikirou est à l'origine du lancement d'un nouveau média alternatif appelé "Le Média". Elle a vivement critiqué la couverture journalistique autour de la mort du chanteur et a ajouté qu'elle ne comptait pas revenir sur ses paroles. "Je ne suis pas une pleureuse", a-t-elle répondu à un homme qui préférait être "réuni autour d'un artiste plutôt qu'un attentat".