International Le Parisien annonce que le premier homme à avoir mené l'instruction sur l'affaire Gregory Villemin serait décédé.

Le juge Jean-Michel Lambert est mort, selon Le Parisien. Le quotidien français annonce que le magistrat a été retrouvé sans vie au Mans dans la Sarthe, après s'être suicidé par asphyxie en se mettant un sac plastique sur la tête noué avec un foulard. 

L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Rennes, rapporte L'Express. Des sources proches du dossier confirment la nouvelle à l'AFP.

C'est une voisine qui l'a découvert complète l'AFP. Aucune trace d'effraction ou de lutte n'a été relevée dans son appartement, d'après les premières constatations.

Ce sont des révélations sorties d'un carnet du juge Simon, celui qui avait pris sa succession dans l'affaire Gregory, qui l'auraient poussé à commettre l'irréparable, ajoute La Parisien. Dans ce carnet, le travail abattu par le juge Lambert était fortement discrédité. A l'époque, Jena-Michel Lambert avait été surnommé ironiquement "Le Petit juge".

Après sa carrière de juge d'instruction, il s'était notamment lancé dans la rédaction de livres qui retraçaient son parcours dans la magistrature, ainsi que les années passées à tenter de percer le mystère de l'"affaire Gregory".

Jean-Michel Lambert avait 32 ans lorsque le 16 octobre 1984, le cadavre du petit Grégory, quatre ans, avait été retrouvé ligoté dans une rivière des Vosges (est). Alors seul juge d'instruction à Epinal, il s'agissait de son premier poste. Premier juge d'instruction de l'affaire, a été longtemps critiqué pour son traitement de cette affaire, soulignent les médias de l'Hexagone. C'est notamment lui qui inculpa Bernard Laroche avant de le relâcher, et que celui-ci ne soit abattu par le père de la victime, Jean-Marie Villemin. Il sera dessaisi de l'affaire en 1986 au profit du juge Maurice Simon

Il était âgé de 65 ans et avait pris sa retraite en 2014. Cette année-là, il expliquait dans un livre être "bouffé", "meurtri", "marqué à vie" par une affaire qui a "bouleversé [sa] personnalité".

Son décès intervient alors que l'enquête vient de connaître une brutale accélération, près de 33 ans après les faits, avec la mise en examen (inculpation) de plusieurs personnes, dont Murielle Bolle, âgée de 15 ans à l'époque.