International

La police israélienne était déployée en force mardi à Jérusalem-est pour faire face à tout débordement en cas de manifestations palestiniennes, a indiqué son porte-parole. Dans des endroits du secteur oriental de Jérusalem annexé par Israël en 1967, des Palestiniens ont lancé des pierres et brûlé des pneus, a affirmé à l'AFP Micky Rosenfeld. Le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir à Gaza, a appelé à "une journée de colère" mardi pour dénoncer l'inauguration la veille de la synagogue historique de la Hourva, reconstruite dans la Vieille ville de Jérusalem.

Cette inauguration "sera le prélude à la violence, à l'extrémisme et au fanatisme religieux, et cela ne se limite pas aux extrémistes juifs mais inclut des membres du gouvernement israélien", a de son côté accusé Hatem Abdel Qader, le responsable du dossier de Jérusalem au sein du Fatah, le mouvement du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

"Nous avons déployé quelque 3.000 hommes à Jérusalem, surtout dans la Vieille ville, pour préserver l'ordre public en cas de manifestations" de protestation, a dit le porte-parole de la police.

La police a préventivement interdit l'accès de l'esplanade des Mosquées de Jérusalem, troisième lieu saint de l'islam, aux fidèles musulmans âgés de moins de 50 ans, ainsi qu'à tous les visiteurs non musulmans.

Selon M. Rosenfeld, un garde-frontières israélien a été légèrement blessé par un jet de pierres dans la Vieille ville dans la nuit de lundi à mardi, et deux bouteilles incendiaires ont été lancées par des inconnus dans le quartier arabe de Silwan.