International

La garde à vue du mari de la joggeuse de 29 ans retrouvée morte dans un bois en octobre en France a été prolongée mardi, alors qu'il est soupçonné d'avoir tué son épouse au cours d'une dispute conjugale, ce qu'il nie. "La garde à vue de Jonathann Daval a été prolongée. Une nouvelle audition aura lieu ce (mardi) matin", a déclaré à l'AFP son avocate Me Ornella Spatafora.

Le corps brûlé d'Alexia Daval avait été retrouvé le 30 octobre, dissimulé sous des branchages dans un bois près de la localité du Gray (est), près du domicile du couple. La jeune femme a été victime de violences, de coups et elle a été étranglée.

Son mari, un informaticien de 34 ans, a été interpellé lundi matin et une perquisition a été menée dans le pavillon du couple, ensuite mis sous scellés.

Le suspect, qui avait alerté les gendarmes après la disparition de sa femme et qui réfute être lié au meurtre, a été entendu lundi soir en garde à vue à la gendarmerie à Besançon.

D'après son deuxième conseil, Me Randall Schwerdorffer, il a été questionné sur "deux éléments très lourds": un véhicule serait sorti du domicile du couple la nuit précédant la disparition d'Alexia -un dispositif de traçage placé sur celui-ci l'attesterait- et des traces de pneus correspondant à celles de la voiture professionnelle de Jonathann Daval auraient été retrouvées près du corps de la jeune femme.

Le magazine Le Point signale également que des morceaux de tissu qui proviendraient du domicile de la victime auraient été retrouvés près de son corps en partie carbonisé et dénudé. Ces tissus seraient des morceaux de draps qui ont justement disparu du domicile du couple. "Au cours de sa garde à vue, la question de savoir comment ces draps ont pu se retrouver sur les lieux de la découverte du corps de sa femme va lui être posée, confie une source proche de l'affaire au Point. C'est un élément sur lequel il va devoir s'expliquer."